Vouhé

En quelques chiffres

667

habitants

1561

hectares

24

m d'altitude

Horaires d'ouvertures

MAIRIE

Lundi, mardi, mercredi et vendredi : 13h30-17h

Contact

7 rue de la Mairie

17700 VOUHE
05 46 68 96 16

mairie.vouhe@orange.fr

Actualités


La vie municipale

Le Maire

M. Thierry Blaszezyk

L'équipe municipale

Mme Jacqueline BOULERNE - Mme Bernadette COURDE - M. Jean-Christophe GUERAIN - M. David BROUSSE - Mme Nadine LE DANNOIS - Mme Joèle DARJO - Mme Isabelle PROTEAU - M. Alain BERNANRD - M. Olivier CHEVOLEAU - Mme Nicole HELE - M. François GORCE - Mme Sophie DAVID - Mme Cécile THUREAU-BLUMBERG - M. RUdy ZAPATA

picto démarche en ligne aunis sud commune

Nos démarches en ligne

Nos services et équipements publics

La bibliothèque

Place de la Mairie 17700 VOUHE
05 46 68 96 16 – mairie.vouhe@orange.fr
Ouverture : jeudi 16h-18h – samedi 10h-12h
Responsable : Raoul Berthelot

Le bottin

Commerces et services de Vouhé

Commerces et services de Vouhé

Associations commune de Vouhé

Associations commune de Vouhé

Producteurs locaux de Vouhé

Producteurs locaux de Vouhé

Un peu d'histoire

Située au sommet d’une colline, la “Motte” de Vouhé atteste de la présence ancienne d’un tumulus. L’étymologie de Vouhé (Uiacco-Villa, ou pays d’eau) se compose ainsi de celtique et de latin.

À quoi Vouhé doit son étymologie aquatique ? À sa localisation au cœur de la vallée du Curé, au fond d’un bassin où viennent s’épancher les eaux de nombreuses fontaines arrosant son territoire (Fontaine Longe, Fontaine de Chizelles, Fontaine Palzeau, Fontaine Saint Siège) et qui alimentaient autrefois le monastère des Dames de Fontevrault.

En déambulant sur le territoire de Vouhé, vous admirerez également le chœur et le chevet, datés du XIe siècle, de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, inscrite au titre des Monuments historiques depuis 1928. L’église comporte une abside en hémicycle, un long chœur voûté en berceau et un transept remanié. Quelques chapiteaux sont ornés de palmettes, de vanneries, de quadrupèdes ou de bouquets de feuillages. À l’origine, l’édifice était pourvu de deux cloches : la première, bénie en 1701 et nommée Marie-Jeanne, a été fondue ; la seconde, Françoise-Rosalie, a reçu sa bénédiction en 1770.

Au XVIIIe siècle, Jacques Gabriel de Mauclert, enseigne de vaisseau et Gouverneur de Martinique, fait planter dans la garenne du breuil des micocouliers, des magnolias, des catalpas et des noyers du Japon. Une nature exotique et pittoresque en plein cœur de l’Aunis, dans un village réputé pour ses fleurs et ses couleurs.